bandeau3
couverture_livre

Vous pouvez commander cet ouvrage directement chez votre libraire habituel, sur le site Internet de  l’Harmattan, à la Fnac, sur Amazon, chez Gilbert Joseph, etc...


EXTRAITS
Début 2007, après une lente et incertaine gestation de plusieurs années, où nous avons remis dix fois notre décision à plus tard, nous nous sentons enfin prêts pour le grand saut et nous nous lançons avec ardeur dans les préparatifs de notre grand voyage en Afrique. Pendant des mois, nous mettons de l’argent de côté, récoltons toutes les informations qu’on peut trouver sur les nombreux pays que nous comptons traverser et établissons, à partir de là, une liste du matériel nécessaire, une autre de contacts sur place et de numéros utiles en cas de problèmes, un budget prévisionnel journalier des dépenses de transport, d’alimentation et d’hébergement […] Bref, nous entourons notre départ de tout un arsenal de précautions. Car nous avons la peur au ventre, en vérité, la peur d’échouer, de rentrer la tête basse au bout de 15 jours seulement, alors que nous nous sommes prévus au moins 12 mois de traversée, la peur même de ne pas avoir le courage de partir.

Mali-Bamako-MC Talka-Artiste rappeur
« Avant de répondre à votre question, je veux souligner la valeur de votre initiative, très rare, qui est un créneau d’expression, jusqu’à présent inexistant, donné aux Africains qui vivent en Europe et aux Africains qui vivent en Afrique […] La vision que nous avons des Africains qui vivent en France est très différente [de la vision que] les Français [en] ont : ce que les Français ne comprennent pas, c’est que les Africains qui sont nés en France sont considérés ici comme des Blancs, comme des Français ; parce qu’ils ne sont plus africains, car [être africain, ce n’est pas une question de couleur de peau, mais de mentalité]. »

Burkina Faso-Pô-Apékira Gomgnimbou-Petit producteur agricole
« On nous parle de mondialisation, de globalisation, mais qu’est-ce qu’on globalise ? Qu’est-ce qu’on mondialise sans l’homme qui puisse être important ? Car la première richesse d’une famille, d’un village, d’un État, du monde, c’est l’homme… L’homme est au centre de tout, il est au début et à la fin de tout. »

C’est là, sous la clarté théâtrale de l’astre humide, qu’un sentiment de plénitude inouï, jamais ressenti jusqu’alors, nous envahit. Est-ce cette odeur ambrée de papier d’Arménie qui flotte dans l’air ou cette lueur bleutée se reflétant sur les murs blanchis à la chaux, ou bien encore ces grands arbres majestueux, là-bas, qui ondulent calmement sous la brise ? On ne saurait dire. Mais nous sommes fascinés par la sérénité incroyable, presque surnaturelle qui règne en ce moment : on se croirait dans l’une de ces représentations virginales, que l’on trouve dans l’imagerie musulmane ; impression de premier matin du monde, à la magie de laquelle nous nous abandonnons corps et âme, ne ressentant soudain plus ni fatigue ni tension. Et lorsque, porté par le vent, le chant du muezzin, appelant les fidèles à la prière de l’aube, nous parvient aux oreilles, nous basculons carrément dans l’extase : un plaisir contemplatif intense nous submerge, durant lequel nous oublions tout, jusqu’à nous-mêmes…   

Togo-Lomé-Julien Edja-Directeur régional d’une grande marque de cigarettes
« Beaucoup de gens en France ne comprennent pas comment [les Africains] peuvent accepter de vivre comme ils le font, entassés à 10, 20 ou 30 dans le même petit appartement vétuste et insalubre. [Ils ne voient là-dedans que la marque de leur sauvagerie, de leur primitivité indépassable, au lieu d’y reconnaître l’expression de ce qu’il y a sûrement de plus élevé chez l’homme : le sens du sacrifice ; celui-là même que les grands-parents paysans et pauvres de la plupart des Français ont dû consentir pour que leurs petits-enfants en soient là où ils sont aujourd’hui]… »

Bénin-Ouidah-Marius Francisco-Adjoint au maire d’Ouidah
« Ce que je souhaite aux enfants comme vous, c’est de travailler dur pour accéder à des situations de premier plan ; ce n’est qu’à ce prix que vous pourrez inverser les choses… Mais à condition de ne pas vous perdre, toutefois, de ne pas oublier qui vous êtes, car s’intégrer ne doit pas vouloir dire ‘‘se renier’’ […] C’est à votre tour de reprendre la lutte historique pour l’égalité et de la pousser plus loin : n’attendez pas l’intégration, ne rêvez pas l’intégration, forcez-la ! »
 
 
RocketTheme Joomla Templates
© Bouda-Rozet 2010 - made by Shortcut's {création web} - host at Gandi